Partager :

Tél : 06.67.15.98.92 Mail : fabienjolivel@hotmail.fr

Forum des associations à Maromme stade Paul Vauquelin le samedi 4 septembre de 10h à 18h

 

Reprise des cours le mardi 07 septembre

Formation Initiateur et Moniteur Balintawak du 24/02/2021 au 28/02/2021

 

Formation De Campo 1 2 3 Orihinal en Octobre 2021 et Avril 2022

 

Le Baraw Sugbo

18/01/2020

Le Baraw Sugbo

Le Baraw Sugbo ou l'Arnis du Diable

 

Les racines du Baraw Sugbo remontent Ă  « Tatay Isong » Lorenzo Saavedra, un eskrimadors de renom Ă  l’origine de nombreuses Ă©coles d’Eskrima d’aujourd’hui et Ă  l’origine du Labangon Fencing Club de Cebu.

 

Il fût entre autre le professeur de GM Venancio «Anciong » Bacon (1912-1981) du Balintawak et de GM Filemon « Momoy » Canete (1904-1995) du Doce Pares.

 

Comme il était commun à cette époque, Lorenzo Saavedra enseigna largement son art du bùton, mais enseigna en trÚs petit comité son art de la lame ; raison pour laquelle le Baraw Sugbu est un des systÚmes les moins connus de Cebu.

 

Baraw signifie « couteau » en cebuano (la langue de Cebu) et Sugbu (ou Sugbo) Ă©tait l’ancienne appellation de la ville de Cebu. Baraw Sugbu est donc le systĂšme au couteau de Cebu.

 

Gregorio « Goyong » Ceniza (dĂ©cĂ©dĂ© le 6 octobre 2007 Ă  l'Ăąge de 82 ans) est allĂ© Ă  contre courant et n’a pas souhaitĂ© Ă©tudier le combat au bĂąton qui Ă©tait d’actualitĂ© Ă  l’époque ; il a prĂ©fĂ©rĂ© Ă©tudier l’art du couteau puis l’a enseignĂ© de maniĂšre non commercial, uniquement Ă  son clan, sa famille et ses amis.

 

L’entraünement se fait à deux, par un travail de flow (mouvement en continue). Comme dans l’art du garrote (bñton), le concept de la main vide est trùs important.

 

Au lieu d’apprendre une sĂ©rie de dĂ©sarmements, le Baraw Sugbu prĂ©conise l’étude de groupes tout comme en Balintawak, avec des contres. Toujours dans un jeu dynamique et non figĂ©, l’élĂšve essaie alors de se dĂ©fendre, de placer ses dĂ©sarmements et de rĂ©pondre Ă  des contres, tout comme le Palakaw en Balintawak.

 

Selon le livre « Cebuano Eskrima – derriĂšre le mythe », Gregorio « Goyong » Ceniza aurait appris l’art du couteau de son oncle Lucresio Ceniza qui l’avait lui mĂȘme appris par un certain Simo qui Ă©tait l’un des rares Ă©lĂšves au couteau de Lorenzo Saavedra.

 

Anciong bacon, le fondateur du balintawak, a également contribué au développement du Baraw Sugbu, puisqu'il s'entraßnait avec Gregorio « Goyong » Ceniza, à la résidence de Lucresio.

 

Gregorio Ceniza a ensuite enseigné son art à un certain nombre d'étudiants, mais aucun ne souhaitait ensuite enseigner; ils voulaient simplement apprendre à se défendre contre des agressions au couteau. Seuls Cronnie Cabatingan, Rene Capangpangan, puis son fils Eduardo « Boy » Ceniza se dirigeront vers l'enseignement pour préserver cet art du couteau de Cebu, l'Arnis du Diable.

 

Capangpangan fut celui qui modifia "l'Arnis de Diablo" par l'appellation de « Baraw Sugbu », avec l’approbation de Gregorio Ceniza.

 

Eduardo prĂ©serve cet art de la lame et enseigne de la mĂȘme maniĂšre Ă  ses quelques Ă©lĂšves. L’enseignement se fait toujours en session privĂ©e en non en masse.

 

La mĂ©thodologie du systĂšme est l‘apprentissage du Baraw Sugbu comme un art martial dĂ©fensif contre un attaquant au couteau. L'approche dĂ©fensive est aussi la partie plus stimulante et difficile de n'importe quel systĂšme.

 

Le Balintawak Eskrima De Campo 1-2-3 Original