Partager :

Tél : 06.67.15.98.92 Mail : fabienjolivel@hotmail.fr

Reprise des cours

le mardi 15 septembre 2020

 

Inscriptions fabienjolivel@hotmail.fr 

(ou lors du forum des associations à Maromme le 5 septembre ou à la place du cours le mardi 8 septembre)

Rad Maningas (Balintawak) :

"Manong Rad Maningas (nom d’auteur), de son vrai nom Conrado Garcia"

 

Il s’agit de son nom d’auteur pris du diminutif de son prénom ConRADo et Maningas est le nom de jeune fille de sa mère. Son nom est Conrado Llamas Garcia (CLLG) et il est né le 22 avril 1944 aux Philippines.

 

Il est né et a grandi dans la ville de Manille, aux Philippines. La première fois qu’il a entendu parler du Kali Eskrima Arnis, c’était quand il était jeune garçon et qu’il jouait dans la rue. Il a appris que c’était une façon de se défendre.

 

Au collège, il s'inscrit à Arnis De Mano, sous la direction de Lambert Ticsay. Il part vivre avec sa famille aux États-Unis en février 1975. Ils résident dans l'état du Michigan. Rad a essayé d'autres sports mais sa fascination pour les arts martiaux philippins n'avait pas diminué.

 

Dans son désir de s'améliorer, il chercha d'autres personnes qui pourraient connaître les arts martiaux philippins. Un ami a mentionné au un homme appelé Ted Buot ..., un étudiant d'Anciong Bacon, le fondateur du BALINTAWAK.

 

Ted Buot avait été désigné par Anciong Bacon comme un de ses successeurs. Rad l'a immédiatement appelé et à partir de ce moment il s'est entraîné avec lui de 1979 à 2006. Au cours de ces années Rad a appris la tradition, les techniques et l’histoire du Balintawak, il s’agit donc d’un Balintawak original sans fioritures.

 

Rad a développé un véritable respect pour Ted. Il le respectait en tant qu'instructeur et en tant que personne. Dans sa quête d'apprentissage, Rad n'a pas fermé les portes à différents styles d'arts martiaux philippins, même s’il continuait à s'entraîner plus particulièrement avec Ted. Il a donc rencontré d'autres formes de Kali Arnis Eskrima avec des eskrimadors réputés (Floro Villabrille, Leo Giron, Angel Cabales, Remy Presas, Braulio et son fils Eduardo Pedoy…). Certains sont d’ailleurs devenus des amis.

 

Mais Rad trouva le Balintawak enseigné par Ted, différent, simple et très efficace. Il a continué à s'entraîner avec lui jusqu'à ce qu'il ait eu son accident vasculaire cérébral. Dans l’impossibilité de continuer son enseignement, Ted a demandé à "Jimboy" Hife Octavia, qui était aussi un élève d'Anciong Bacon de pratiquer avec Rad.

 

Rad a récemment publié le livre intitulé « Lessons of Balintawak ». Ce livre est un hommage à son gourou, son ami Ted Buot. Il est également destiné à être une aide pour les jeunes étudiants, afin qu'ils puissent apprendre le BALINTAWAK original, tel qu'il était enseigné par Anciong Bacon et Ted Buot.

 

Rad Maningas a écrit des articles sur le Kali Eskrima publié dans des magazines d'arts martiaux. Il aime aussi la danse de salon et le golf.

 

Quasiment inconnu du grand public des AMP et même au sein de l’école Balintawak, je l’ai invité pour venir distiller ses connaissances martiales en France en 2016. Il s’agissait pour Manong Rad de la première fois qu’il enseignait à plusieurs élèves lors de stages ; exercice inhabituel puisqu’il n'avait à l’époque que quelques rares élèves en cours privés.

 

« Dans le cadre de la promotion du Balintawak en France j'ai souhaité contacter Conrado Garcia, plus connu sous son nom d'auteur Rad Maningas.

 

Hormis son livre "Balintawaklesson in eskrima" et ses très rares vidéos, je ne connaissais rien de l'homme, de l'eskrimador.

 

Je me rassurais sur le fait qu'il se soit entraîné pendant une trentaine d'années sous la houlette de Manong Ted Buot, l'un des élèves direct du fondateur Anciong Bacon.

 

Arrivé à Paris le jeudi 20 octobre 2016 au matin, Rad était déjà en train de me donner cours l'après-midi pour me distiller son expérience.

 

J'estimais avoir un bagage technique "intéressant" mais rapidement je me suis rendu compte que Rad me bloquait, contrait mes tentatives avec un total relâchement. N'ayant pas travaillé avec les groupes, le jeu devenait rapidement libre à la différence qu'il ne pratiquait pas avec l'intention de jouer, de me redonner une remise me permettant de continuer dans l'agak... non il bloquait à la première occasion et me frappait aussitôt. Si j'avais le réflexe de déclencher un blocage, il changeait immédiatement de trajectoire pour me frapper ailleurs ou travaillait avec sa main gauche en tapi-tapi.

 

Autre grande sensation avec sa manière de guider le bâton, sans le saisir comme j'avais appris à le faire dans le système des groupes. Aucune information donnée avec ce type de contrôle et au contraire, plus je saisissais son bâton lors d'un blocage, plus il pouvait le diriger avec une simplicité déconcertante. Il le contrôlait simplement, attendant que j'exerce une pression d'un côté ou d'un autre pour s'en servir et me le mettre dans le visage ou l'utiliser pour me frapper le poignet et m'emprisonner les 2 bras. Le tout sans aucune force et vitesse ajoutée.

 

Mes nombreuses heures en cours privés m'ont permises de prendre conscience d'énormément de détails techniques à corriger et de sensations à développer.

 

Pour les 3 stages organisés, j'avais annoncé un stage 100% Balintawak et c'est avec une grande joie que nous avons eu des conseils techniques extrêmement précis, dans la lignée de l'enseignement du fondateur Anciong Bacon et de Ted Buot.

 

Je me doutais pour avoir déjà travaillé aux Philippines avec un ancien (Sergio Arcel) qu'il n'y aurait pas de techniques jolies ou spectaculaires.

 

On s’attendait à ce que ce ne soit pas codifié et effectivement c’était le cas, aucune notion de groupe, un travail qui va droit au but, qui est de prendre l’avantage rapidement sur son adversaire. Précision technique qui nous apporte de nouvelles clés dans notre Balintawak, liberté d'expression dans les mouvements et grande efficacité ressentie...

 

Son eskrima est très épuré et va à l'essentiel. Il n'y a pas de spectacle.

 

Je pense que le système des groupes que je pratique a des avantages sur un enseignement de masse comme nous le faisons souvent dans nos clubs ou associations. Mais l'enseignement à l'ancienne, à un pour un, entre l'élève et son professeur, permet de développer d'autres attributs très intéressants.

 

Cette rencontre avec Rad Maningas a donc été à titre personnel, un vrai régal technique, historique et humain. Le fait aussi d'être sur la voie originelle permet de le savourer différemment.

 

Sans aucun doute, mon Balintawak sera différent demain, amélioré, en essayant de mélanger les points forts de l'apprentissage avec le système des groupes et celui que j'ai pu avoir en "un pour un" avec Rad Maningas, puisque les deux sont compatibles.

 

Quand tu sens que même ta jeunesse ne vaut rien face à l'expérience et aux années de pratique, alors tu es devant un artiste martial.

 

Même s'il ne veut pas se faire appeler ainsi, Rad Maningas est un enseignant ayant toutes les qualités techniques, pédagogiques et humaines d'un grand maître.

 

J'espère que ce séjour en France aura permis à Rad Maningas de se rendre compte que ses connaissances techniques sont à dévoiler, à distiller auprès d'élèves motivés.

 

Je suis heureux et fier d'être l'un de ses élèves et de le compter parmi mes références techniques dans le formidable art du Balintawak ».

 

Ce premier séjour en France fut une réussite totale, tant au niveau de la technicité de Rad mais également humainement parlant.

 

Pour ces raisons, Rad est revenu en France l’année suivante, en 2017 et je souhaite le faire revenir plus régulièrement.

 

Fabien Jolivel